POURQUOI

Suite aux mesures de confinement, un million de personnes environ seront privées d’une part importante ou de la totalité de leur revenu. Le payement de notre loyer nous met face à des difficultés financières pour subvenir à nos besoins essentiels : nous nourrir, nous soigner, payer l’électricité et le gaz.

Les problèmes de logement étaient déjà graves à Bruxelles et en Belgique. Les locataires et les associations qui défendent le droit au logement pointaient depuis longtemps du doigt la toute puissance des propriétaires et des intérêts financiers par rapport aux besoins – pourtant fondamentaux – des familles qui ont besoin de se loger. Les loyers étaient déjà trop chers pour des milliers d’entre nous, depuis dix ans, les loyers ont augmenté beaucoup plus vite que nos salaires. La situation s’est empiré désormais que la crise du Coronavirus-COVID19 nous prive de notre revenu, ou d’une partie de celui-ci.

Nous observons que les gouvernements successifs n’ont fait que renforcer le droit au profit plutôt que le droit, pourtant essentiel, de pouvoir se loger. Il est donc essentiel, non seulement d’annuler le paiement des loyers en cette période de confinement comme mesure d’urgence, mais aussi de repenser en profondeur la manière dont nous organisons – ensemble, en tant que société – l’accès au logement pour toutes et tous après cette période de crise.

Isolés et seuls par rapport à notre propriétaire, il sera difficile de faire entendre nos voix. Face à cette situation extrême, il est essentiel de se mettre ensemble, en se revendiquant des mêmes conditions de vies difficiles et autour du même objectif : l’annulation du paiement des loyers pour la durée du confinement, et un accès réel pour toutes et tous à un logement décent. Bien sûr, refuser de payer son loyer n’est pas sans risque. Concrètement, nous proposons ici divers conseils (lettre type à envoyer, enjeux légaux) et soutiens (juridiques et politiques) aux personnes qui se lanceront dans une grève des loyers.

COMMENT 

1. Se mettre en contact avec ses voisins et voisines et ne pas payer le loyer tant que l’urgence et les mesures persistent → modèle de lettre à envoyer au proprio mis à disposition ici

2.  Se rajouter au groupe facebook « Grève des loyers – Huurstaking Belgiëque », pour discuter et s’organiser ensemble face aux expulsions certaines qui arriveront très vite après confinement. Partager sur les réseaux la page « Grève des loyers – Huurstaking Belgiëque » et utiliser des #grèvedesloyers #rentstrike : plus nous sommes, mieux c’est.  Diffuser les affiches (disponibles ici, ou que vous aurez crées) en ligne et aux endroits – encore – fréquentés des villes : arrêts de bus, supermarchés, pharmacies…

3. Accrocher une banderole ou une affiche à la fenêtre de la maison : rappeler la formule « Rent Strike / grève du loyer » ou bien juste accrocher une banderole blanche. Si tu veux, prends-la ensuite en photo et envoye-la sur les réseaux sociaux dédiés.

4. Témoigner de ton expérience personnelle de la situation et de la réaction de ton propriétaire sur la page ou par mail à grevedesloyersbelgique@riseup.net.

5. Compléter le formulaire pour montrer que tu participes à la grève. C’est important que nous sachions combien nous sommes pour créer un rapport de force favorable.

6. Signer la pétition et participer à la caisse de grève pour soutenir les grévistes, en leur permettant de se défendre en justice en cas de poursuites. 


NEWSLETTER