Déclaration de soutien à la grève des loyers

Les loyers sont trop chers. Ils l’étaient déjà avant la crise du coronavirus. Les locataires paient une part trop grande de leurs revenus pour des logements parfois inadaptés ou insalubres. Aujourd’hui, ces revenus sont menacés par la crise dont le coronavirus a été le détonateur et pourtant le paiement des loyers reste obligatoire. Nous estimons que cette situation n’est pas soutenable.
Une grève des loyers, à défaut d’autres solutions …
Nous, associations, organisations de la société civile, et collectifs actifs dans le secteur du logement, du sans-abrisme, de l’environnement, etc, nous comprenons la nécessité d’agir de façon collective et de repenser nos moyens d’action en matière de logement. – Parce que les pertes de revenus ne sont pas uniquement liées au coronavirus, et que la crise économique qui s’annonce ne fera qu’aggraver les difficultés financières dans lesquelles de nombreux ménages se trouvent. – Parce que le risque d’un report des investissements dans le secteur immobilier, conduisant, comme après 2008 à une financiarisation du logement et à une hausse des prix, est grand lui aussi. Et qu’aucun mécanisme ne se met en place pour contenir cette spéculation immobilière. – Parce qu’aucune solution structurelle ne se dessine, alors qu’environ un million de personnes ont vu une part importante de leur revenu ou la totalité amputée (sans compter toutes les personnes travaillant de manière non déclarée) et qu’une bonne part d’entre elles sont aujourd’hui appelées à se serrer la ceinture, à « galérer » pour payer leur propriétaire avec ces revenus trop faibles voire plus de revenu du tout.
Pour toutes ces raisons, nous pensons que la grève des loyers qui a aujourd’hui été entamée par des habitants et habitantes est une action légitime. Cette action, qui fait peser de gros risques sur les personnes, est, au même titre que d’autres actions, un moyen légitime d’œuvrer à la mise en place d’un droit au logement effectif.  Nous soutenons également l’initiative de caisse de grève qui viendra en soutien à toutes personnes qui ne peuvent pas payer leur loyer et qui seraient poursuivies en justice de paix. Nous invitons donc les personnes et institutions à participer à cette caisse de grève via la plateforme growfunding.

Signataires:

Droit à un toit – Recht op een dak
Une maison en plus ASBL
Inter-Environement Bruxelles (IEB)
Comité pour l’abolition des dettes illégitimes (CADTM)
Équipes populaires Bruxelles
Les Jeunes Organisés et Combatifs (JOC)
L’Union Syndicale Etudiante (USE)
Réseau Ades
Collectif 8 maars
Acteurs et Actrices des Temps Présents

NEWSLETTER